Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

Liberté d'expression

Pour pouvoir dire son savoir sans le compter,
Pour pouvoir savoir sans dire pourquoi on tait,
Pour savoir le pourquoi, sans compter on luttait.


À l'arrêt.

Par un jour de canicule, vers midi, je me trouvais en compagnie
d'un ami en train d'attendre un autobus de la ligne S à l'arrêt
Porte Champerret. Lorsque le chauffeur arrêta enfin devant nous
son véhicule j'aperçus sur la plate-forme arrière, au milieu de
la foule des voyageurs, une espèce de zazou au cou démesurément
long. Aussitôt après l'arrêt, il y eut une forte bousculade, et
le zazou interpella violemment un quidam qui, en se précipitant
vers la sortie, lui avait écrasé les pieds. Au moment de monter
dans l'autobus, je compris la raison de sa colère en apercevant
sur le trottoir un curieux chapeau, dont je devinai qu'il était
tombé de sa tête haut perchée par la faute du quidam sans-gêne.

Lorsque l'autobus démarra, j'entrevis par la fenêtre, au milieu
des voyageurs en train de se disperser, ledit quidam qui tenait
à la main ledit chapeau et l'agitait frénétiquement. Un bout de
galon tressé en pendouillait lamentablement. Cherchant des yeux
le propriétaire de l'objet je constatai qu'il avait entre-temps
déniché une place libre où il s'était assis et ne semblait plus
penser à l'incident. Il portait un pardessus élimé et mal coupé
qui révélait le même manque de goût que son hideux couvre-chef.

Deux heures plus tard, je me trouvais dans le même autobus S en
compagnie du même ami quand, à mon grand étonnement, j'observai
que la place où mon type s'était posé le matin était maintenant
occupée par ce quidam qui l'avait si brutalement bousculé. Mais
la coïncidence m'apparut vraiment inouïe quand, à l'arrêt de la
gare Saint-Lazare, j'aperçus le zazou lui-même qui attendait un
autre autobus en discutant avec un inconnu. J'eus tout juste le
temps de saisir quelques bribes de leur conversation : il était
question de réduire l'ouverture du col de son pauvre pardessus.

Voir le commentaire

© Nicolas Graner – octobre 1997

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://www.graner.net/nicolas/OULIPO/expression.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 30/09/2014.