Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

Extrait du commentaire de
Puissance et misère

Si ce n'est pas encore fait, lisez « Puissance et misère » avant de lire la suite de cette page.

209. Centon
Ce texte est formé de douze vers tirés de chansons de Georges Brassens :
  • Un jour, un seigneur de province : Le Roi boiteux (par. Gustave Nadaud, mus. Georges Brassens).
  • M'avait vendu sa femme : La Fille à cent sous.
  • Sous la forme de macchabées : Hécatombe.
  • Cet acte lui valut le grand cordon : La Légion d'honneur (par. Georges Brassens, mus. Jean Bertola).
  • Car le juge, au moment suprême : Le Gorille.
  • Lui dit : « Je m'en vais mettre fin à votre pénible supplice » : Le Nombril des femmes d'agents.
  • Sache que j'apprécie à sa valeur le geste : Stances à un cambrioleur.
  • Moi qui ne suis pas capitaine : Les Sabots d'Hélène.
  • Au petit jour on m'a réveillé : Le Fantôme.
  • Lorsque les gendarmes m'ont pris : Chanson pour l'Auvergnat.
  • Pour m'envoyer à la Santé : Celui qui a mal tourné.
  • M'auraient collé au mur avec ou sans bandeau. : Entre la rue Didot et la rue de Vanves.

Revenir au texte Voir le commentaire complet

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://www.graner.net/nicolas/OULIPO/puissance-exp.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 25/10/2014.