Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

Commentaire de
Ruminations

Si ce n'est pas encore fait, lisez « Ruminations » avant de lire la suite de cette page.

En bref.

Tétracapitul : la dernière strophe reprend un mot de chacun des vers précédents.

Mais encore...

Le « récapitul » est une forme poétique inventée par Jacques Jouet. Il est constitué de six strophes de six vers. Chaque strophe est prolongée par une liste de six mots, chacun tiré d'un vers de la strophe : une « récapitulation » de la strophe. On en trouvera une définition plus complète et un exemple dû à l'inventeur sur le site de l'Oulipo.

Lors d'un atelier d'écriture au festival Pirouésie 2014, Olivier Salon en a proposé une variante : un « récapitul salonien » se compose de cinq alexandrins. Le dernier vers doit contenir un mot extrait de chacun des quatre vers précédents, dans l'ordre. On en trouvera un exemple de mon cru sur la page Pirouésie 2014, à la date du jeudi après-midi – 2. Notez qu'il serait très difficile d'écrire le dernier vers en incluant quatre mots qui n'auraient pas été choisis spécialement pour cela ; il est donc fortement conseillé de composer d'abord le dernier vers, puis d'en extraire quatre mots qui servent de noyaux aux quatre premiers vers.

Le poème Ruminations est une extrapolation du récapitul salonien que je propose d'appeler « tétracapitul ». Il se compose de cinq strophes de quatre alexandrins chacune. La dernière strophe récapitule les quatre premières :

On peut remarquer que les mots repris dans la dernière strophe ont un sens différent de celui de leur première apparition, soit qu'il s'agisse en fait de deux homonymes, soit de deux acceptions différentes du même mot.


Revenir au texte

© Nicolas Graner – 2014

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteurFAQ

Cette page http://www.graner.net/nicolas/OULIPO/ruminations-exp.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 19/08/2017.