Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Avatars de Nerval

Avatars de Nerval

Théophilien

Robert Rapilly

Précédent : Théâtre de l'absurde Un avatar au hasard Suivant : Thulé

Voir aussi :
Centon

El Teoffildevio

Un froid et ténébreux silence dort à l'ombre,
Charon m'appelle à soi, je suis désespéré.
Haut d'une vieille tour mélancolique et sombre,
Tel est, grave et pesant, un Amant désolé.

J'ai des luths les plus doux goûté la mélodie,
Les flots de la vendange écument au pressoir,
Je vois en gémissant la Maison de Sylvie
Aussi souvent qu'Amour : Soleil devenu noir.

Froides nuits du tombeau !... J'ois Charon qui m'appelle,
Et la rougeur paraît de dire à cette Belle
Où le Flambeau du jour n'osa jamais venir...

Ici murmureront les eaux — Dryade approche.
L'effroi de l'Achéron m'apporte le Soupir,
Ta bouche n'est qu'aux cris, au creux de cette roche !


Chaque vers ou fragment de vers est tiré de poèmes de Théophile de Viau (1590-1626), surtout Un corbeau devant moi croasse et Satire première. Théophile de Viau, ou simplement Théophile, poète baroque tombé dans l'oubli au XVIIe siècle, a été remis au goût du jour au XIXe par Théophile Gautier, et Nerval le connaissait. On retrouve dans ces vers beaucoup d'éléments qui ont pu inspirer El Desdichado, de la vieille tour à la Dryade (Eurydice était une dryade) en passant par le Soleil noir.


© Robert Rapilly – 2006

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteurFAQ

Cette page http://www.graner.net/nicolas/desdi/theo respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 07/12/2017.