Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Orchesographie

2. Considérations sur la dance

page 6

DIALOGUE DE LA DANCE ET MANIERE DE DANCER
Par Thoinot arbeau, demeurant à Lengres

Capriol.

MOnsieur Arbeau, je vous viens saluer, vous ne me cognoissez plus, il y à six ou sept ans que je partiz de ce lieu, de Lengres pour aller a Paris, & de lá à Orleans: je suis vostre disciple à qui vous aprinstes le compot.

Arbeau.

Certes de premier front je vous ay mescogneu, parce-que vous estes devenu grand depuis ce temps là: & croy que vous avez aussy agrandy vostre esprit par vertuz, & sciences: Que vous semble de l'estude des loix? j'y ay estudié aultresfois.

Capriol.

Je treuve que c'est un art fort beau & necessaire a la chose publique, mais je me repens qu'estant à Orleans j'ay negligé d'apprendre la civilité, de laquelle plusieurs escoliers se munissent, pour accompaigner leur scavoir, car estant de retour, je me suis treuvé ez compaignies, óu je suis demeuré tout court sans langue & sans piedz, estimé quasi une buche de bois.

Arbeau.

Vostre reconfort a esté que les vieux docteurs vous ont excusé faisant ce pendant compte du scavoir que vous avez acquis.

Capriol.

Il est ainssy, mais j'eusse bien acquis lá dexterité de dançer, aux heures que lon intermect l'estude grave, chose que me rendroit voulontiers veu d'un chacun.

Arbeau.

page 7 Ce vous sera chose facile à acquerir en lisant les livres françois pour vous aguiser le beq, & aprenant l'escrime, la dance, & le jeu de paulme, pour avoir familiarité avec les hommes, & les dames.

Capriol.

J'ay prins plaisir en l'escrime & jeu de paulme, ce qui me rend bien voulu & familier des jeusnes hommes: Mais j'ay deffault de la dance pour complaire aux damoiselles, desquelles il me semble que depend toute la reputation d'un jeusne homme à marier.

Arbeau.

Vous le prenez fort bien, car naturellement, le masle & la femelle se recherchent: & n'y a chose qui plus incite l'homme à estre courtois, honneste, & faire acte genereux que l'amour: & si voulez vous marier, vous debvez croire qu'une maistresse se gaigne par la disposition & grace qui se voit en une dance, car quant à l'escrime & au jeu de paulme, les dames ny veuillent assister de craincte d'une espée rompue, ou d'un coup d'estœuf, qui les pourroit endommager: vous souvient il pas des vers virgilians parlans de Turnus, & de la belle Lavinia fille du Roy Latinus sa maistresse.

Illum turbat amor, figitque in virgine vultus:
Ardet in arma magis. &c.
[b]

Il y a bien plus, car les dances sont practiquées pour cognoistre si les amoureux sont sains & dispos de leurs membres, à la fin desquelles il leur est permis de baiser leurs maistresses, affin que respectivement ils puissent sentir & odorer l'un l'aultre, silz ont l'alaine souesve, & silz sentent une senteur malodorant, que l'on nomme l'espaule de mouton: de façon que de cêt endroict oultre plusieurs commoditez qui reüsissent de la dance, elle se treuve necessaire pour bien ordonner une societé.

Capriol.

J'ay bien consideré quelquesfois ce que venez de dire, & que page 8 non sans cause, ez republiques on avoit admis les jeux & les dances, mais ce que m'en a degousté, c'est que plusieurs ont vituperé les dances, voires mesmes treuvé deshonneste de les regarder comme estant acte muliebre, indigne de la gravité de l'homme, j'ay leu que Ciceron fit reproche a Gabinius consulaire qu'il avoit dancé. Tiberius chassa de Romme les danceurs. Domitian osta du nombre des senateurs, aulcuns qui avoient dancé. Alphonse roy d'arragon blasmoit les gaulois parce qu'il les voioit delecter aux dances. Le S. prophete Moyse se courrouça voyant dancer les enfans d'Israel.

Arbeau.

Pour un qui les â blasmées, une infinité d'aultres les ont louées & estimées. Le S. prophete royal david dança au devant de l'arche de Dieu: Et pour le regard du S. prphete Moyse, il ne se courrouça pas de veoir dancer, mais il estoit marry que ce fust a-lentour d'un veau d'or, qui estoit une ydololatrie: Quant a Ciceron il avoit des varices & jambes enflées, & blasmoit ce qu'il n'eust sceu faire, disant qu'il ne voioit guieres dancer ceulx qui estoient á jeun. Appius claudius ayant triumphé, les appreuva. Les indes saluent le soleil en dançant, Et ceulx qui ont voyagé ez terres neufves rapportent que les sauvages dancent quant ilz aperçoivent le soleil se monstrer sur l'orizon. Socrates apprint a dancer de Aspasia. Les saliens tresnobles prebstres de Mars dançoient en leurs sacrifices. Les choribantes en frigie. Les lacedemoniens & ceux de Crete n'alloient a l'assault contre leurs ennemis sinon en dançant. Vulcan grava sur une targue une dance comme chose tresbelle a veoir. Museus & Orpheus, voulurent que leurs hymnes qu'ilz avoient composées en l'honneur des dieux, fussent chantées avec dances. Bacchus conquesta les indes, par trois sortes de dances. En l'eglise primitive la coustume continuée jusques en nostre temps, a esté de chanter les hymnes de nostre eglise en dançant & ballant, & y est encor en plusieurs page 9 lieux observée. Pollux & Castor, aprindrent les Cariens à dancer. Neoptolemus filz d'Achiles enseigna une dance appellée la pirrichie a ceulx de crete pour s'en aider en la guerre. Epaminundas en usoit fort dextrement, au choq d'une bataille, affin que tous ensemble marchassent contre l'ennemy. Xenophon rapporte que lon fit dances & mascarades pour recepvoir les capitaines de Cirus. Les Roys & princes, commandent dances & mascarades, pour festoier, recepvoir, & faire recueuil joyeux, aux seigneurs estrangiers. Nous practiquons telles resjouissances aux jours de la celebration des nopces, & ez solemnités des festes de nostre Eglise, encor que les reformez abhorrent telles choses mais ilz meriteroient d'y estre traictez de quelque gigot de bouc mis en paste sans lard.

Capriol.

Vous me mectez en volunté d'y apprendre & me faictes repentir que je n'y ay appliqué quelques heures gaillardes, car on peult prendre plaisir honneste sans se maculer de luxure & mauvaises affections. Il me souvient que le poëte mect les danceurs entre les bien heureux, disant en son sixieme des Æneides,

Pars pedibus plaudunt choreas & carmina dicunt.[c]

Arbeau.

Vous pouviez encor alleguer, que nostre seigneur (en Sainct Mathieu unziesme & Sainct Luc 7) reprochoit aux Pharisiens, rebours & mal affectionnez, Nous avons chanté & flutté, & vous n'avez pas dancé. Je vous diray, il vous fault faire comme fit Demetrius, lequel ayant blasmé les dances, aprés qu'il eut veu dancer une mascarade en laquelle on representoit l'adultere de Mars & Venus, confessa qu'il n'y avoit si belle chose au monde. Vous pouvez en peu de temps recouvrer ceste perte considéré mesmement que vous estes musicien, & que la dance est dependant de la musique & modulations d'icelle, qui est un des sept arts liberaux.

Capriol.

page 10 Je vous prie donq monsieur Arbeau, m'en apprendre quelque chose car je scay bien que vous estes musicien & qu'avez en vostre jeunesse receu la reputation d'stre bon danceur, & fort dextre a mil gaillardises

Arbeau.

Dance vient de dancer, que lon dit en latin Saltare : Dancer c'est à dire saulter, saulteloter, caroler, baler, treper, trepiner, mouvoir & remuer les pieds, mains, & corps de certaines cadances, mesures, & mouvementz, consistans en saultz, pliement de corps, divarications, claudications, ingeniculations, elevations, jactations de pieds, permutations & aultres contenances desquelles Atheneus, Celius, Scaliger, & aultres font mention: aulcunefois on y adjouxte les masques pour monstrer les gestes d'un personnage que lon veult representer. Lucian en à faict un traicté, ou vous pourrez veoir ce qu'il en dit plus au long: Julius pollux en faict semblablement un chappitre bien ample.

Capriol.

Je pense avoir quelquesfois faict lecture de ces aultheurs, & aultres semblables: Et si j'ay bonne souvenance ilz recitent trois sortes de dances, une grave, nommée Emmelie: une gaye, qu'ils nomment Cordax: une aultre nommée Siccinnis, entremeslée de gravité & gaieté: ilz parlent aussi de la dance nommeé Pirrichie & plusieurs aultres sortes, comme il me souvient aussi qu'ilz font mention de plusieurs sortes de mascarades, mesmement d'une qu'ils appellóient la Tricorie, composée de trois chœurs & assemblées de vieulx, d'adolescentz: & de jeusnes enfans, qui chantoient, nous avons esté, nous sommes, & nous serons. Je comprends bien tout cela en generale notion, mais je vouldrois estre apris de quelz piedz & mouvementz cela se faisoit, aprenez le moy s'il vous plait.

Arbeau.

Anthoyne arena provençal à escript ce que vous demandez en vers macaronées.

Capriol.

page 11 En ces vers que vous dictes il a parlé du mouvement qu'il fault tenir aux bransles, & basses-dances seullement, & des contenances que doibvent observer les danceurs, mais la necessité des vers la rendu obscur, occasion de-quoy, je vous prie m'en eclarcir davantage.

Arbeau.

Quant aux dances anciennes, je n'en scaurois que dire, car l'injure du temps ou la paresse des hommes ou la difficulté de les descripre a esté cause de nous en oster la cognoissance, & aussi vous n'en debvez avoir soucy, parce que telles façons de dancer sont hors de practique, voires nous avons veu du temps de noz peres, aultres dances que celles de present lesquelles en sont de mesmes tant sont les hommes amateurs de nouveaultez: il est vray que nous pouvons comparer lemmelie a noz pavanes, & bassesdances: le cordax, aux gaillardes, tordions, voltes, corantes, gavottes, bransles de champaigne & de bourgoigne, bransles gays & bransles couppez. Le Siccinnis aux bransles doubles & bransles simples La pirrichie a la dance que nous appellons bouffons ou matachins.

Capriol.

Je prevoy donq que nostre posterité sera ignorante de toutes nos nouvelles dances que venez de nommer, par les mesmes causes qui nous ont osté la cognoissance de celles de nos anciens.

Arbeau.

Il le fault ainsi conjecturer.

Capriol.

Monsieur arbeau ne permectez cela de vostre pouvoir puis que y pouvez remedier: mectez en quelque chose par escript cela sera cause que j'apprendray ceste civilité, & en l'escrivant, il vous semblera rajeunir & avoir les mesmes compaignies qu'aviez en vostre jeunesse, & prendrez aultant dexercice d'esprit & du corps aussi, car difficillement vous abstiendrez page 12 vous de remuer les membres, pour m'enseigner les mouvements y necessaires: Vray est que vostre methode d'escripte est telle, qu'en vostre absence, sur vos theoriques et preceptes, un disciple pourra seul en sa chambre apprendre vos enseignements. Et en premier lieu je vous veulx prier, me dire en quelle estime la pluralité des gens d'honneur tient la dance.

Arbeau.

La dance ou saltation est un art plaisant & proffitable, qui rend & conserve la santé, convenable aux jeusnes, aggreable aux vieux, & bien seant a tous, pourveu qu'on en use modestement en temps & lieu, sans affectation vicieuse: je dis en temps & lieu, parce qu'elle apporteroit mespris a celluy qui comme un pillier de salle y seroit trop assidu. Vous scavés que dis l'ecclesiaste. Cum muliere saltatrice non sis assiduus.[d]

Les enfans des senateurs romains au sortir des escolles alloient apprendre à dancer. Homere tesmoigne la dance estre une partie & appendice des banquets, tellement que personne ne se peult vanter d'avoir accomply un brave festin, sil n'y à appliqué la dance laquelle est comme un corps entier accompaigné de son bel esprit, si on y joinct les masquarades. Quant on recitoit dedans les theatres anciennement les tragœdies, comœdies, & bergeries, les dances & gesticulations n'y estoient oubliées, & en la partie desdicts theatres qui pour ceste occasion estoit appellée Orchestre: que nous pourrions appeller en nostre langue françoise, le dançoir.

Capriol.

Puis que c'est un art, il depend donq de l'un des sept arts liberaulx.

Arbeau.

Je vous ay ja dit, quelle depend de la musique & modulations d'icelle: car sans la vertu rithmique, la dance seroit obscure & confuse: daultant qu'il fault que les gestes des membres page 13 accompaignent les cadances des instruments musicaulx, & ne fault pas que le pied parle d'un, & l'instrument daultre. Mais principallement tous les doctes tiennent que la dance est une espece de Rhetorique muette, par laquelle lO'rateur peult par ses mouvements, sans parler un seul mot, se faire entendre, & persuader aux spectateurs, quil est gaillard digne d'estre loué, aymé, & chery. N'est-ce pas à vostre advis une oraison qu'il faict pour soy-mesme, par ses pieds propres, en gendre demonstratif? Ne dit il pas tacitement à sa maistresse (qui le regarde dançer honnestement & de bonne grace) aymés moy, desirés moy? Et quant les masquarades y sont joinctes, elle ha efficace grande de mouvoir les affections, tantost à cholere, tantost à pitie & commiseration, tantost à la hayne, tantost à l'amour. Comme nous lisons de la fille d'Herodias, laquelle obtint ce quelle demanda au Roy Herode Antipe, aprés quelle eut dancé au banquet magnifique qu'il fit aux princes de son royaulme, à mesme jour qu'il estoit né Comme aussi Roscius le faisoit bien paroistre à Ciceron, quant il adjançoit les gestes & actions muettes de telle façon, qu'au jugement de ceulx qui en estoient arbitres, il mouvoit aultant ou plus les spectateurs, que Ciceron eut peu faire par ses elocutions oratoires.

Capriol.

Roscius estoit un histrion, & me semble que nos loix tiennent telles gens notés d'infamie.

Arbeau.

Roscius estoit tenu & reputé (par messieurs du senat, & par tous les romains qui assistoient ordinairement au theatre pour le veoir) fort honneste & habille homme: tellement que quant on voulloit alleguer quelque artisant parfaict, on disoit que c'estoit un Roscius en son art. Ciceron plaida pour luy en une cause qu'il avoit contre Fannius, & obtint victoire par la faveur de tout le senat, qui l'aimoit, prisoit, & honoroit. page 14 Ceulx veritablement lesquels pour gaigner argent, admettent un chacun indifferemment à veoir leurs jeux & farces, sont comptez entre les infames: mais la loy n'y à jamais compris ceulx qui s'exhibent gratuitement, pour se donner du plaisir, & recreer les Roys, les princes, les seigneurs, les habitans d'une ville, ou quelques compaignies particulieres: soit par actions de tragœdies, comœdies, & bergeries, representées a visage decouvert ou par dances qu'on faict avec musiques, ou aultres vestures & portementz gratieux, par maniere de resjouissance: & ainsi le resoult l'Empereur en l'unzieme du Code, au chappitre des Jeux publiques.

Capriol.

Je croy fermement qu'il se doibt ainsi entendre. Ne tardés donc plus davantage à exaulcer ma requeste, & me dedvisés par le menu, comme se font les mouvements des dances, affin que je m'y exerce: & qu'il ne me soit reproché ce que disoit Lucian à Craton, que l'aye un cœur de porc, & une teste d'asne.

Arbeau.

Lucian n'adresse ce reproche, à ceulx qui ne veuillent, ou bien qui veuillent, mais ne peuvent apprendre cêt art, mais il attaque ceulx qui le veuillent blasmer & regetter, comme action mauvaise, non considerans, qu'il en est de deux sortes: les unes servent à la guerre, force, & deffence de la republique, les aultres sont recreatives & ont avec soy une vertu d'attirer les cœurs & concilier l'amour, & sont un præparatif & cautelle (comme je vous ay ja dit) pour cognoistre si les personnes sont point maleficiées de goutes ou loups és jambes, & si elles ont bonne contenauce & modeste. Nous lisons que Clistenes ayant veu dançer & morguer impudemment Hypoclide, luy refusa sa fille en mariage disant qu'il avoit dedancé les nopces.

Capriol.

Dieu mercy, je n'ay point telles infirmités & n'ay qu'une sœur page 15 qui est aagée de douze ans que j'y feray apprendre quant vous m'aurés enseigne.

Arbeau.

Galien dit en son livre du regime de la santé, que toute chose naturellement desire de se mouvoir; & que lon se doibt exercer par mouvements doulx & temperés comme est la dance, que ceulx d'Ionie iuventérent à cêt effect: pour ceste occasion elle sert grandement à la santé, mesmement des jeusnes filles, lesquelles estans ordinairement sedentaires, & ententives à leur lanifice, broderies, & ouvrages desguille, font amas de plusieurs maulvaises humeurs, & ont besoing de les faire exhaler par quelque exercice temperé.

Capriol.

La dance leur est un exercice propre car elles n'ont pas liberté de se promener, & aller ça & la dehors & dedans les villes, ainsi que nous póuvons faire sans reprehension, tellement que n'en avons besoing comme elles: neantmoings, je suis desireux d'apprendre cêt art si ancien & si honneste & profitable.

Arbeau.

Pour vous complaire, je vous en diray ce que j'en scay encore qu'il me sera mal seant (en l'aage de soixante neuf ans ou je suis) de traicter & practiquer telle matiere.

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://www.graner.net/nicolas/arbeau/orcheso02.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 03/05/2015.