Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

Les vers à soie (2005)

En 2005, Zazie mode d'emploi a proposé de jouer avec le texte suivant :

Les vers à soie murmurent dans le mûrier
ils ne mangent pas ces mûres blanches et molles
pleines d'un sucre qui ne fait pas d'alcool
les vers à soie qui sont patients et douillets

mastiquent les feuilles avec un bruit mouillé
ça les endort mais autour de leurs épaules
ils tissent un cocon rond aux deux pôles
à fil de bave, puis dorment rassurés

En le dévidant on tire un fil de soie
dont on fait pour une belle dame une robe
belle également qu'elle porte avec allure

Quand la dame meurt on enterre la soie
avec elle et on plante, sur sa tombe en octobre,
un mûrier où sans fin les vers à soie murmurent.

Jacques Roubaud, Les animaux de tout le monde (Seghers)

Toutes les contributions sont visibles sur le site Zazipo. Les miennes sont également reproduites ci-dessous.


Les dévers à thérapie

Les dévers à thérapie labourent dans le manufacturier
ils n'effrangent pas ces bromures épanchés et sclérophylles
confinés d'un tétraèdre qui ne fait pas de dicoumarol
les dévers à thérapie qui sont divalents et croquignolets

encaustiquent les poiseuilles avec un delineavit débrouillé
ça les accourt mais autour de leurs mandibules
ils glatissent un gascon smicard aux deux quadripôles
à faufil de conclave, puis préforment insaturés

En le scandant on vire un faufil de thérapie
dont on fait pour une irréelle bigame une joubarbe
irréelle triomphalement qu'elle importe avec émaillure

Quand la bigame discourt on débourre la thérapie
avec elle et on transplante, sur son anglophobe en polacre,
un manufacturier où sans couffin les dévers à thérapie labourent

X+7 inverse. Chaque mot est remplacé par le 7e qui le suit dans l'Officiel du Scrabble mis en classement inverse : ordre alphabétique selon la dernière lettre des mots, puis l'avant-dernière, etc.


Les vers de terre

Les vers de terre se hèlent entre les pêchers
et rejettent les pêches blêmes et blettes
empesées de sels empêchés de dégénérer en ester
les vers de terre, ces êtres lents et tendres

se délectent d'herbe : je les entends, ces pète-sec
ce mets les berce, en même temps têtes et vertèbres
s'enferment en des espèces de frêles cercles
de perles de sperme, et se perdent en rêve

Ces cercles se démêlent en tresses grège
et les belles s'en servent de vêtement
belle veste reflétée en des gestes éthérés

Les belles décédées, les tresses s'enterrent
de même et je sème, près de cette stèle en septembre,
des pêchers, et les vers de terre ne cessent de se héler

Monovocalisme en E.


serpents soyeux

Six serpents soyeux sifflotent sous six cerisiers
sans siroter ces cerises souffreteuses, sans saveur
suintant certain sucre sans synthétiser scotch, saké
ce serpent soyeux si serein, souvent songeur,

suce certaines sèves, ça sonne singulier
ça suscite son sommeil, seulement sur ses segments supérieurs
se serre ce sac circulaire sur ses sommets
simple salive solidifiée, suivent cent songes salvateurs

Certain sériciculteur subtilise cette soie
sa superbe signora souhaitait cette ceinture
semblablement superbe, sa silhouette soulignée soigneusement

Si cette signora succombe sacrifions sa soie
ce sera son suaire, septembre survenu semons sur son sépulcre
six cerisiers, sous ceux-ci sans cesse sifflotent six serpents

Tautogramme. Tous les mots commencent par S, au moins phonétiquement.


L'être sans joie

Je sens, — assombri veuf, — un tenace supplice,
Prince flagellateur de castel effondré.
Je vis leur Lune fuir, ne crains pas Apollon :
En-dedans, noir ennui, dort ma vie enfouie.

Mais l'urne de deuil rend l'ardeur, pulsion sublime !
Rassemble monts glaciaux ou mers d'écume chaude,
L'iris reçu, don fort dont la cure fut bonne,
La vigne, pampre mûr, brins roses capturés.

Est-ce Thétis, Amor, Rigel ? Suis-je Moïse ?
Mon front carmin connut quelle embrasseuse noble ?
L'elfe déjà rêveuse en grotte nagea nue...

Un gagnant passe, ému, l'onde d'enfer : pavoise !
Alterne en entonnant — tel quand Orphée compose —
Un pur cri de vous, sainte, et la voix de succube.

Homovocalisme. La succession des voyelles est la même que dans les vers à soie (E E A O I E...). En même temps, ce texte parodie El Desdichado.


Les vers

Les vers
soyeux
joyeux
divers

au vert
les yeux
aux cieux
couverts

de soie
que choie
la belle

qui morte
sur elle
l'emporte

Sonnet disyllabique. Le schéma des rimes est celui d'un sonnet classique, mais les vers n'ont que deux syllabes.


Le petit bombyx, croquant des feuilles de mûrier vert, tisse sa gaze pour en vêtir une nana new-look mais fade. Ah, du joli gâchis !

Panscrabblogramme, texte composé avec les 102 lettres d'un jeu de Scrabble français (les jokers remplacent un D et un S).


Les chats à soie

Les amoureux fervents murmurent dans le mûrier,
ils ne mangent pas ces mûres dans leur mûre saison.
Les chats puissants et doux qui ne font pas d'alcool,
qui comme eux sont frileux, patients et douillets,

mastiquent les feuilles avec de la volupté.
Ils cherchent le silence autour de leurs épaules,
ils tissent un cocon pour les coursiers funèbres
à fil de bave, puis inclinent leur fierté.

En le dévidant on tire les nobles attitudes
dont on fait pour une belle, au fond, des solitudes
belles également, dans un rêve sans fin.

Quand la dame meurt, pleine d'étincelles magiques,
avec elle on plante, ainsi qu'un sable fin,
un mûrier ou, sans fin, leurs prunelles mystiques.

Chaque Roubaudelaire, les Fleurs de tout le monde

Hybridation. Une moitié de chaque vers provient des vers à soie, l'autre moitié du sonnet les chats de Charles Baudelaire.


Les vers à soie par J. Roubaud

Les vers à soie dans le mûrier
ne mangent pas les mûres fades
remplies d'un suc sans intérêt
les vers à soie qui sont jolis

mâchent avec des sons mouillés
ça les endort mais tout autour
naît leur cocon qui s'arrondit
un fil baveux qui les conforte

On les dévide et prend la soie
pour une belle on fait la robe
si belle aussi car bien portée

Quand elle meurt la soie périt
plantons alors sur son tombeau
un beau mûrier où tout murmure

Carré. Tous les vers comportent 30 signes, espaces compris. Ce sont de plus des octosyllabes césurés 4/4, sans ponctuation.


Vers de fantaisie

Les vers à soie murmurent dans le mûrier
un air très vieux, languissant et funèbre.

Puis une dame, à sa haute fenêtre,
qui pour moi seul a des charmes secrets,
pleine d'un sucre qui ne fait pas d'alcool,
blonde aux yeux noirs, en ses habits anciens
dont on fait pour une belle dame une robe,
mastique les feuilles avec un bruit mouillé.

Or, chaque fois que je viens à l'entendre,
c'est sous Louis treize ; et je crois voir s'étendre
les vers à soie qui sont patients et douillets.

Ils tissent un cocon rond aux deux pôles
baignant ses pieds, qui coule entre des fleurs
que, dans une autre existence peut-être,
ils ne mangent pas : ces mûres blanches et molles,
belles également, qu'elle porte avec allure.

En le dévidant on tire un fil de soie
puis un château de brique à coins de pierre.

De deux cents ans mon âme rajeunit
avec elle, et on plante sur sa tombe en octobre
un mûrier où, sans fin, les vers à soie murmurent
tout Rossini, tout Mozart et tout Weber.

Jacquard de Rouberval

Hybridation. Les vers des vers à soie sont mélangés avec ceux de Fantaisie, de Gérard de Nerval.


VERS + SOIE + MURES + COCON = MURIER

Cryptarithme. Il n'y a qu'une façon de remplacer chaque lettre par un chiffre de telle sorte que cette addition soit exacte : U = 0, M = 1, N = 2, R = 3, V = 4, E = 5, I = 6, C = 7, S = 8, O = 9.

VERS 4538
+ SOIE + 8965
+ MURES + 10358
+ COCON + 79792
-------- --------
= MURIER = 103653


Vers avec soie

vers avec soie font doux sons dans bois
sans oser voir mûre pâle mais trop fade
avec sucs dont fait rien pour tuer soif
vers avec soie sont très doux très mous

font miam miam avec tige rend sons mats
yeux sont bien clos mais sous leur tête
font joli pack bien rond vers leur pôle
avec leur bave puis font dodo sans peur

tire bien fort pour long tube pure soie
dont fait pour dame sexy robe fort chic
sexy itou mais elle sait agir avec goût

lors mort dame tube pure soie fini jeté
avec elle puis sème près urne mois août
bois donc vers avec soie font doux sons

Tétragrammes. Chaque vers se compose de huit mots de quatre lettres.


Les nymphes séricicoles

Les nymphes séricicoles soupirent sous une vigne
elles ignorent les muscats pâles, tous tremblotants
chargés de glucose impropre pour produire son vin
les nymphes qui sont tempérées, tendres

avalent des feuilles produisant quelques sons sourds
ça endort, et garnissant leurs nuques
elles filent leur maison oblongue, pôles ronds
à baveux fil, puis roupillent satisfaites

Bien dévidé elle fournit le ruban soyeux
dont est faite pour quelque ravissante signora une veste
belle également et exposée non sans succès

Dès la madame morte on remballe sa soie
avec elle et mi-octobre on plante pour sa tombe
afin d'entendre fredonner les nymphes séricicoles, une vigne

Alphabétique. Dans chaque vers les mots sont classés dans l'ordre alphabétique.


Mon bombyx mori

Mon bombyx mori ronronne sous notre sorbier
repoussant nos sorbes blondes ou molles
produisant force fructose fournissant zéro comme alcool
mon bombyx mori somnolent quoique douillet

mâchonne moult bourgeons sonnnant mouillés
action endormante, pourtant entourant son col
on tricote son cocon tout rond côté pôles
toron bavouilleux, alors on dort réconforté

Nous dévidons, nous tirons notre cordon soyeux
dont on produit pour notre jolie cocotte corsage ou robe
jolie itou, donnant contenance fort bonne

Notre cocotte morte on enfouit son corsage soyeux
sous son tombeau où on rempote courant octobre
notre sorbier où continuellement mon bombyx mori ronronne

Jacquot Roubaud, Bestioles pour tout mon monde

Collier. Chaque mot comporte au moins un O ; par le trou de cette lettre on peut faire passer un fil de soie qui solidarise les mots comme les perles d'un collier.


© Nicolas Graner – 2005

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://www.graner.net/nicolas/OULIPO/zazie-2005.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 30/09/2014.