Aller au menu
Aller au pied de page
logo de Avatars de Nerval

Avatars de Nerval

Fourestien

Alain Chevrier

Précédent : Football Un avatar au hasard Suivant : Gangster

El Delirado

Il disait :

« Je suis le Ténébreux, — le Veuf, — l'Inconsolé,
Le prince d'Aquitaine à la Tour abolie :
Ma seule Étoile est morte, — et mon luth constellé
Porte le Soleil noir de la Mélancolie.

Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m'as consolé,
Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,
La fleur qui plaisait tant à mon cœur désolé,
Et la treille où le Pampre à la Rose s'allie.

Suis-je Amour ou Phébus ?... Lusignan ou Biron ?
Mon front est rouge encor du baiser de la Reine ;
J'ai rêvé dans la Grotte où nage la sirène...

Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron... »
Et, comme il achevait, le médecin, la bouche
En coin, dit au gardien : « Qu'on le mène à la douche ! »


Les deux derniers vers parodient ceux du sonnet Flumen, dans le recueil La Négresse blonde de Georges Fourest (1864-1945). Le médecin est évidemment le docteur Blanche, dans la clinique duquel Gérard de Nerval effectua plusieurs séjours.


© Alain Chevrier

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://www.graner.net/nicolas/desdi/four respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 20/09/2013.