Aller au menu
Aller au pied de page
logo de Avatars de Nerval

Avatars de Nerval

Faux amis 1

Gilles Esposito-Farèse

Précédent : Fatrasie Un avatar au hasard Suivant : Faux amis 2

Voir aussi :
Faux amis 2

Le type sans dot ni legs

Hère sec dans la gêne à sale mine ou groin,
J'ai vu mon pays choir, inhabitable, usé.
Mon rayon se consume et mon collier d'or tient
En bride un chat fort noir qui va barber, crisper.

Tiers qui m'as allégé, comment te supplier ?
À la hâte rends tout : Nil, labour, champ, bled, coin,
Thé régal de mon flair, chose au goût fade ou loin,
Et la lie à la came attendant pour s'enter.

Suis-je un ours, dois-je aimer ?... Ma thèse est-elle sue ?
Mon crâne est chair ou sang d'un lécher de la mère ;
Mire la mare où jars font moult ride ou lame, ère !

Car tôt du rude sort on put longer l'issue :
On fit dire en son for refrains de dives slaves
Et hurler ou pester la fée en stances graves.


Saturation de termes provenant du « corpus de Mathews », c'est-à-dire de faux amis anglais-français (homographes de significations différentes). Un anglophone monolingue comprendrait peut-être quelque chose dans ce genre :

Dactylographiez point et jambes

Ici-même, une seconde et un gène en une vente personnelle. L'aine paye la chorale habitable et son utilisation. Lundi rayonne et consomme un mineur de fond, ou bien la fiancée bavarde à propos de forteresse à coiffeur et de casier à légumes.
Les gradins prétendent-ils autant que le commentaire du fournisseur ? Une haine déchire le racoleur : Rien ne travaille, ne mâche, n'a saigné, ni ne monnaye. L'aptitude royale a préféré à la goutte que le rein se fane. Mensonge : un surveillant vint. Verse donc ! entre donc !
Le nôtre, de viseur ?... Ceux-ci sont-ils établis pour intenter un procès ? « Le lundi, on estime que la grue est une chaise », chanta un simple débauché. Dans la boue : la jument. Dans les pots : la police de caractères qui mue. Auparavant, une promenade boiteuse.
Une espèce de toute petite automobile impolie posa par dessus un plus long problème. Sur cet ajustement affreux, ou pour lui, le fils se retient puis plonge. Le prix fixé par les esclaves lanceurs le harcèlent. Ces postures sont des tombeaux.

« Comment ? », écrivit judicieusement Perec à la fin d'un de ses « trompe-l'œil » !


© Gilles Esposito-Farèse – 2008

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://www.graner.net/nicolas/desdi/fxa1 respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 18/05/2014.