Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Avatars de Nerval

Avatars de Nerval

Ovin

Bernard Maréchal

Précédent : Orphelin Un avatar au hasard Suivant : Palindrome

El deshospitalizado

Je suis le blanc mouton, ma bergère me presse,
L'orage d'Aquitaine abolit ma chaumière.
Il pleut sur le feuillage, et l'éclair blanc me stresse.
Vite, prends un abri ! Entends-tu le tonnerre ?

Tiens, vois notre cabane. À droite elle se dresse.
Sœur Anne, cours ouvrir l'étable de ta mère.
J'amène ma bergère, en marchant, qui s'empresse
Près de vous pour sécher : fais-lui plus de litière.

Suis-je agneau en corset auprès de ces tisons ?
Mon tant joli troupeau odore encor la laine ;
Près de moi ce mélèze flambe à perdre haleine.

Mais tu ne manges pas ce laitage ? Soupons.
Dors bien ! Voilà ta couche, y arrive Morphée.
Ne rougis pas, bergère à la bouche de fée.

Catarrhale de l'Ovine


L'auteur est un mouton échappé de la chanson L'hospitalité de Fabre d'Églantine (1750-1794), plus connue par son premier vers « Il pleut, il pleut, bergère ». Ce sonnet fait partie d'une collection de réécritures composée pour la clôture du Sankulipo.


© Bernard Maréchal – 2016

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteurFAQ

Cette page http://www.graner.net/nicolas/desdi/ovin respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 21/04/2016.