Aller au menu
Aller au pied de page
logo de Avatars de Nerval

Avatars de Nerval

Arythmie

Précédent : Artistique Un avatar au hasard Suivant : Auto-description

Voir aussi :
Bègue 2
Japonais

Gilles Esposito-Farèse

Je suis l'assombri, le veuf et l'inconsolé,
Le prince aquitain dont la tour fut abolie :
Mon étoile est morte, et mon théorbe étoilé
Porte un soleil noir glaçant de Mélancolie.
 
Dans la nuit funèbre, ô toi qui m'as consolé,
Rends-moi Pausilippe et rivages d'Italie,
La fleur qui plut tant à notre cœur désolé,
Et la treille où pampre à l'églantine s'allie.
 
Suis-je Amour, Phébus ou Lusignan ?... Ou Biron ?
Mon front est rougi du baiser qu'y fit la reine ;
Je rêve en la grotte où nagera la sirène...
 
J'ai deux fois vainqueur su traverser l'Achéron :
Chantant tour à tour avec la lyre d'Orphée
Les soupirs de sainte et les hurlements de fée.

Nicolas Graner

Je ne suis qu'un ténébreux, veuf, inconsolé,
Le prince de l'Aquitaine à la tour salie.
Ma seule étoile a péri, mon luth constellé
Porte le soleil noirci de Mélancolie.
 
Dans la nuit de ce tombeau tu m'as consolé :
Rends-moi donc Posilippo, la mer d'Italie,
La fleur qui avait charmé mon cœur désolé,
Et la treille où à la rose un pampre s'allie.
 
Serais-je Amour ou Phébus ? Lusignan, Biron ?
Mon front est rougi encor d'un baiser de reine
J'ai rêvé dans une grotte où vint la sirène...
 
Et j'ai par deux fois vainqueur franchi l'Achéron
En modulant tour à tour sur ta lyre, Orphée,
Ou les soupirs de la sainte, ou les cris de fée.

Les vers comptent tous 12 syllabes, mais au lieu d'être groupés en 6+6 comme dans les alexandrins classiques ils sont en 5+7 dans la première version et 7+5 dans la seconde. Le rythme obtenu rappelle celui des haïkus, poèmes japonais en 5+7+5 syllabes.


© les auteurs

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://www.graner.net/nicolas/desdi/aryt respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 20/09/2013.