Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

La bibliothèque d'alexandrins

Les hivers traiteront lorsque des bas creusèrent
Des chiffres recueillaient près de trente-neuf fois
L'arrière n'affirma ni les nuits ni les pierres
Tu imposes l'idiot, — le dimanche, — le doigt
La question, qui donna, sort au-devant des fois
L'eau bleue remerciait des cours ou des cocottes
Soixante-sept questions installent autrefois
Des croix, qui convoquaient, remirent jusqu'aux notes

Vous liez et vous allez dès l'homme nécessaire
Nous jouons donc nous vêtons par des quarts purs puis droits
Trente-six énergies achèteront derrière
Un genou, qui gardait, amena jusqu'aux froids
Quelle révolution, quel magnifique choix !
Une robe, qui dut, part dans une carotte
Ils traînèrent des chants, — des mémoires, — les toits
Des croix, qui convoquaient, remirent jusqu'aux notes

Le dehors, qui priera, dut jusqu'à l'officière
L'est sinon une faim, les poches et les voix
Liez-vous la religion ? sinon des caractères ?
Soixante-trois sujets accomplissent parfois
Un printemps amena quoique le juge avoua
Un nom voyagera soit le fer soit le vote
La hauteur condamnait notre fidèle loi
Des croix, qui convoquaient, remirent jusqu'aux notes

Les moyens ne plaisaient ni l'eau ni une croix
Quel abri différent osera les idiotes ?
Cinquante-quatre bouts assistaient quelquefois
Des croix, qui convoquaient, remirent jusqu'aux notes


Choisissez un schéma
















© Nicolas Graner – juin 2014

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://www.graner.net/nicolas/OULIPO/alex.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 08/07/2016.