Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

La bibliothèque d'alexandrins

Nous lions mais nous courions sans les jeunes nouvelles
Les doutes sourds menaient des eaux ou des nations
Un silence enleva pour des douceurs réelles
Une somme admettait des éternels millions

La flamme, qui sentit, sent sauf des émotions
La foi pénétrera jusqu'aux cours éternelles
Il penche une montagne, — une chambre, — une action
Nous lions mais nous courions sans les jeunes nouvelles

Des culottes brillaient si un fauteuil appelle
Des fiers francs ne riaient ni l'eau ni la fonction
Le mensonge venait pour des puissances belles
Les doutes sourds menaient des eaux ou des nations

Leurs chevaux possédaient les poids puis les rayons
J'importe mais j'atteins selon le seuil fidèle
Nous menons des questions, or nous nous méritions
Un silence enleva pour des douceurs réelles

Des loups fiers remercient les postes puis les ailes
L'élément éteignait leurs douces intentions
Vingt-deux courtes façons sur trente-neuf révèlent
Une somme admettait des éternels millions

Vous reverrez les gens, — les fois, — des religions
Des combats calmeront ta curieuse ridelle
La professeur risquait l'âme et une passion
Une jeunesse obtient puisque les clés rappellent


Choisissez un schéma















© Nicolas Graner – juin 2014

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://www.graner.net/nicolas/OULIPO/alex.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 30/09/2014.