Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

La bibliothèque d'alexandrins

Seize calmes moitiés sur vingt-trois tenteront
La petite permit un double caractère
Des épaules doutaient près de dix-sept patrons
Sur la loi des trésors, elle vous considère
Un doigt puis un malheur, des bras sinon les frères
Bof, des réalités ! pardon ! vous vous mentez
Des sourires usaient : « nous sortirons des pères »
Des flottes sentiront ma vraie curiosité

Je confondais le jeune, — un étage, — le front
J'offris donc je croisai par les terreurs premières
Un trésor sentira tandis que le grand rompt
Des sommets prévoyaient près des chiens militaires
Quatre-vingt-neuf blancs fers sur vingt-cinq décidèrent
Votre voile souhaita un vieillard ou l'été
Un sujet réclamait la prochaine prière
Des flottes sentiront ma vraie curiosité

Sous les cas de la fleur, nous me révélerons
Dix-sept prochaines fins sur cinquante cherchèrent
Tu mens puis tu iras dans l'œil sourd comme rond
Quelle clé difficile ouvre les secrétaires ?
Des vraies fermes âgées acceptaient les misères
L'expérience menait les étranges côtés
La perte, qui courut, meurt sur une lumière
Des flottes sentiront ma vraie curiosité

Des fins ou des façons, l'odeur puis la colère
Des livres coûteront ta douce volonté
Une hauteur n'usait ni des joies ni les guerres
Des flottes sentiront ma vraie curiosité


Choisissez un schéma















© Nicolas Graner – juin 2014

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://www.graner.net/nicolas/OULIPO/alex.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 20/06/2014.