Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

La bibliothèque d'alexandrins

Tu vis ou tu étends selon un jeune vert
Des situations bleues créent des forts fils immenses
Les chats sinon les mains, l'arbre puis une mer
Trente-sept chaudes vues sur cinquante-cinq pensent

Ta fois sociale entra les fois ou des naissances
La connaissance apprend jusqu'à vingt-sept froids clairs
Le chemin, qui passait, ouvrit jusqu'au silence
Tu vis ou tu étends selon un jeune vert

Les scènes racontaient auprès de l'être ouvert
Ils menaçaient la mine, or elles se commencent
La joie ne promettra ni des chiens ni les vers
Des situations bleues créent des forts fils immenses

Je salue la montagne, or je me recommence
Un journal retourna soit les choix soit des airs
Bof ! quelles poches nues, quelle énorme importance !
Les chats sinon les mains, l'arbre puis une mer

Hélas ! quel général, quel unique désert !
Des morceaux, qui rendaient, payent près de la puissance
Les rois suffoqueront jusqu'à vingt arbres chers
Trente-sept chaudes vues sur cinquante-cinq pensent

Voient-elles des envies ? sinon des existences ?
L'amerloque sauva l'année comme la chair
Le siège luttera que les effets avancent
Des fortunes saluent le noir sinon l'hiver


Choisissez un schéma
















© Nicolas Graner – juin 2014

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://www.graner.net/nicolas/OULIPO/alex.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 08/07/2016.