Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

La bibliothèque d'alexandrins

Les gauches attendront des cruels secrétaires
Attention ! quel rideau, combien de nombreux ciels !
Les lourds vieux agissaient : « nous mariions les verres »

Les cotes, qui fuiront, dressaient jusqu'à l'appel
Huit doigts sur trente-neuf osèrent l'enfant — aïe !
Halte ! combien de beaux, quels uniques hôtels !

Ils ouvraient la lueur, or elles se travaillent
Dommage, les lueurs ! euh ! on évitait bien
Des rires ramenaient : « nous brillions des batailles »

L'art, qui arrachera, regardait jusqu'au chien
Bravo, le changement ! snif ! ils assoient peut-être
Les publics n'ajoutaient ni l'an ni le moyen

L'énorme gloire dure ajoutera un maître
Surent-elles l'argent ? sinon un esprit vieux ?
Des vraies fleurs vraies montraient : « nous montions les fenêtres »

Leurs hommes bons prévoient l'espoir sinon un dieu


Choisissez un schéma















© Nicolas Graner – juin 2014

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://www.graner.net/nicolas/OULIPO/alex.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 30/09/2014.