Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

La bibliothèque d'alexandrins

Nous lions les paysans, — les sommes, — les poètes
La mode répondit si des sciences fuiront
Les peaux ne supposaient ni des voix ni des bêtes

Une dent fixera quand les routes permettent
On pose la seconde, or elle s'interrompt
Nous lions les paysans, — les sommes, — les poètes

Vous observiez des noms, or vous vous satisfaites
Des dures intentions entourent le fort front
Les peaux ne supposaient ni des voix ni des bêtes

Une gloire agita jusqu'à quatre-vingts têtes
Des causes inconnues couvrent le fort cœur rond
Nous lions les paysans, — les sommes, — les poètes

Ils sont une partie, or elles se soumettent
Des patrons évoquaient un troisième patron
Les peaux ne supposaient ni des voix ni des bêtes

L'attitude trouva quand le geste regrette
Par les fins des couleurs, ils nous évoqueront
Nous lions les paysans, — les sommes, — les poètes
Les peaux ne supposaient ni des voix ni des bêtes


Choisissez un schéma















© Nicolas Graner – juin 2014

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://www.graner.net/nicolas/OULIPO/alex.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 20/06/2014.