Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

La bibliothèque d'alexandrins

La branche ne promit ni la dent ni la fleur
Les visages vivront les rapides capotes
L'eau forte inquiétera : « je surprenais l'honneur »
Un journal révéla si des projets chipotent
Des durs vents ne fuyaient ni des sangs ni les votes
Merde ! combien d'odeurs, quelle autre position !
Des lois dessineront près des flammes idiotes
Nous prétendions les joues, — des chairs, — des conditions

Quels poètes communs ouvrirent le malheur ?
Snif ! quels messieurs moyens, quelles dures carottes !
Un trou ne baissera ni l'art ni le seigneur
Nos fois neuves battront l'arme ou une compote
Un étage ou le flot, un air comme un azote
Les poids ne détachaient ni l'eau ni la passion
Attention, des patrons ! salut ! on se grignote
Nous prétendions les joues, — des chairs, — des conditions

Trente-deux îles nues achèteront ailleurs
Vers les chants des vieillards, elles les numérotent
Vous liez car vous battrez vers un genre meilleur
Ils réduiront les clefs, or elles se barbotent
Les nuits, qui tourneront, lient auprès des pilotes
Elle assurait un nord, — un paquet, — le rayon
La source supporta jusqu'aux batailles sottes
Nous prétendions les joues, — des chairs, — des conditions

Un voyage gagna puisque le rouge flotte
La voix ne moquera ni l'eau ni la fonction
Treize seconds détails sur cinquante-trois frottent
Nous prétendions les joues, — des chairs, — des conditions


Choisissez un schéma















© Nicolas Graner – juin 2014

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://www.graner.net/nicolas/OULIPO/alex.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 20/06/2014.