Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

La bibliothèque d'alexandrins

La ministre apprenait la dure relation
Un chat ne devinait ni les ciels ni les verres
Des sots, qui proposaient, prient jusqu'à la passion
Il sonne une étendue, — l'image, — une première
Je tais une minute, or je me considère
La preuve creusera une cruelle fleur
Des petits trembleront si des murs écartèrent
Miam ! combien de côtés, quel vaste professeur !

Je remontai la dent, — l'eau, — la révolution
Ils rient car ils sentaient dès les croix vraies ou fières
Vingt-quatre enfants sur vingt liaient les droits — attention !
Soixante-treize peaux exprimèrent derrière
Trente étroits compagnons sur soixante cassèrent
L'as, qui expliquera, sort parmi les valeurs
Nous jouons puis nous calmons sur la lueur légère
Miam ! combien de côtés, quel vaste professeur !

Nous lions des officiers, — les publics, — des rayons
On sert la compagnie, — la chair, — une dernière
Sous les froids des passions, nous nous appartenions
Liez-vous les attentions ? ou les voix militaires ?
La face ne mettra ni l'eau ni la lumière
Des clairs hasards manquaient : « nous coûtions les terreurs »
Le seul agent n'était ni la voie ni la guerre
Miam ! combien de côtés, quel vaste professeur !

Des fleurs et les santés, l'eau puis la secrétaire
Quelle prison passée serrait vingt-trois lueurs ?
Une âme brillera tes puissantes portières
Miam ! combien de côtés, quel vaste professeur !


Choisissez un schéma















© Nicolas Graner – juin 2014

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://www.graner.net/nicolas/OULIPO/alex.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 30/09/2014.