Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

Victory Day

Ayant balayé l'incroyable polyphonie (bye-bye Voynet, trotskystes, paysans...), déblayé Bayrou, fayoté l'hydre tyrannique, renvoyé Royal, Sarkozy s'octroya l'Élysée. Johnny, l'impayable dépaysé, aboyait joyeusement ; Gynéco, bégayant pitoyablement, côtoyait Steevy, playboy blondoyant. Neuilly rayonnait, Clichy flamboyait. L'hyperactif Magyar, festoyant royalement, s'égayait d'analyser l'idylle, s'y voyait, s'y croyait : voyages payés, paysages chatoyants, yacht mystérieux, nymphettes sexy... Oyez l'hymne dithyrambique : pays dynamisé, citoyens systématiquement employés, employeurs défrayés, syndicats noyautés, Passy choyé, Aulnay nettoyé, voyous effrayés, youpi !


Voir le commentaire

© Nicolas Graner – mai 2007

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://www.graner.net/nicolas/OULIPO/victory.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 04/02/2013.