Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

Parme

Sans qu'en aucun temps je me fusse rendu dans Parme (alors
pourtant que ce projet me hanta longtemps au retour de mes
vacances pascales), la rencontre de la duchesse, laquelle,
sans doute, occupa la plus belle demeure de cette bourgade
sans seconde dans laquelle tout a toujours paru semblable,
exclue qu'elle fut du reste du monde, entre les reflets de
ses murs, dans une touffeur comme celle du jour se mourant
sans un souffle sur la placette d'un bourg de la Botte, de
son nom compact et trop doux, cela ne put comme je l'eusse
cru remplacer tout d'un coup mes songes sans fondement par
ce qu'est Parme pour de bon, en une sorte de survenue sans
ensemble et sans mouvement; ce fut, dans mon calcul de ces
vacances sur les traces du grand Da Castelfranco, comme un
commencement de structure pour ce chaos.

Marcel Proust, La route de Guermantes.

Voir le commentaire

© Nicolas Graner – février 1997

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://www.graner.net/nicolas/OULIPO/parme.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 30/09/2014.